En période de “vaches maigres”, comment fidéliser….


rémunération
image_pdfimage_print

En période de “vaches maigres”, quelques suggestions pour fidéliser les bons  éléments :

Les bons d’achat

Toute entreprise peut donner à ses salariés des bons d’achat sous certaines conditions et de façon cumulative : jusqu’à 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale (PMSS) par an. A noter que ce seuil s’entend par an et par année civile donc 171 € en 2020. Ou bien un seuil de 5 % PMSS applicable par événement et par année civile.

Les Chèques lire, disque et culture

Le chèque lire se présente sous la forme d’un chèque d’une valeur déterminée par l’entreprise. Les chèques-lire sont exonérés totalement de cotisations, de CGS/CRDS. Les Chèques Disque sont utilisables sur tous les supports multimédia. Les chèques culture pour financer des prestations culturelles (places de spectacles, de cinéma, livres…) et sont donc non soumis aux cotisations et contributions sociales.

Les chèques vacances

Tous les salariés y ont droit. Les chèques-vacances sont éxonérées de cotisations sociales, sauf CSG/CRDS et transport si :

  • l’entreprise a moins de 50 salariés
  • les chèques vacances ne se substituent pas à un autre élément de rémunération

La contribution patronale à l’acquisition de chèques vacances est modulable en fonction des revenus et de la situation familiale de chacun des salariés.

Le montant de cet avantage donnant droit à exonération est limité, par salarié et par an, à 30% du SMIC mensuel : 461 € en 2020.

– Les chèques emploi-service universel (CESU) préfinancés

Le chèque emploi service universel permet de subventionner indirectement tout ou partie de dépenses personnelles d’employé de maison.
L’aide accordée par l’entreprise par le biais du CESU est exonérée d’impôt sur le revenu et de cotisations sociales dans la limite de   1 830 € par année civile et par bénéficiaire.

Le remboursement du Transport

Peut-on rembourser 100 % d’une carte navigo ?

L’employeur doit prendre en charge au moins 50 % du montant de l’abonnement engagé par le salarié. Mais rien n’empêche l’employeur de prendre ce montant à 100 %. Avec une exonération de cotisations sociales, sous réserve de produire les justificatifs des dépenses réellement engagées.

Ce justificatif :

  • peut être le titre de transport lui-même, ou la copie de l’abonnement souscrit par le salarié
  • doit permettre d’identifier son détenteur,
  • conforme aux règles de validité définies par l’entité le délivre.

Deux autres points sont à noter :

• Véhicule de fonction : un véhicule utilisé dans le cadre seul du trajet domicile/lieu de travail ne constitue pas un avantage en nature.

• Indemnités kilométriques : pas de taxe sur les véhicules de tourisme et société (TVTS), si le kilométrage à rembourser est ainsi inférieur à 15 000 km.

Le don d’un ordinateur

Vous pouvez remettre à vos salariés du matériel informatique ainsi que les logiciels nécessaires à leur utilisation en exonération de cotisations et d’IR. Matériels et logiciels sont amortis et  d’une valeur maximum de 2 000 € par année civile.

La Formation

L’objectif est d’aider le salarié à acquérir de nouvelles compétences. Celui-ci, avec un an d’ancienneté, peut ainsi suivre une action de professionnalisation ou une action de formation dans le cadre du CPF.

 
Avancez, nous vous accompagnons, Pascale COIN, expert en ingénierie de rémunérations et Bénédicte CONVENT, accompagnement du Dirigeant

En soumettant ce formulaire *
reCAPTCHA
Comments are closed.
Visit Us
Follow Me
Tweet
Share