tarif opposable

Mutuelle, tarif opposable et base de remboursement

Date de mise à jour : 20/02/2024

Mot(s) clé(s) :

Comprendre le tarif opposable et la base de remboursement

Le tarif opposable, c’est quoi ?

Le tarif opposable est le tarif fixé la sécurité sociale pour les actes pratiqués par des professionnels de santé (médecins, spécialistes, professions paramédicale).

Chaque acte médical est codifié par la sécurité sociale.

Le tarif opposable, c’est un « tarif officiel » qui est fixé dans le cadre d’une « convention » signée entre le syndicat des professionnels de santé et l’assurance maladie.

En pratique, chaque professionnel de santé peut ou adhérer ou non à cette convention de tarif opposable.

S’il ne signe pas cette convention de tarif opposable, les dépenses engagées par ses patients ne sont pas remboursables : ni par l’assurance maladie, ni par la mutuelle.

S’il adhère à la convention de tarif opposable, ses patients peuvent être remboursés, sur la base du tarif opposable fixé dans le contrat.

Le tarif opposable, ce sont 3 secteurs :

Secteur 1, secteur 2, secteur 3… quesaco les 3 secteurs du tarif opposable ?

Le secteur 1 sécurité sociale regroupe les médecins qui appliquent le tarif conventionnel, c’est-à-dire le tarif fixé par la Sécurité sociale.

Le secteur 2 sécurité sociale ou secteur conventionné à honoraires libres, regroupe les médecins qui sont autorisés à appliquer des honoraires libres et qui donc peuvent pratiquer des dépassement d’honoraires qui ne sont pas pris en charge par la Sécurité sociale.

Le secteur 3 sécurité sociale concerne les médecins qui exercent sans convention médicale. Dans ce cas, le médecin peut fixer librement ses honoraires et la sécurité sociale ne rembourse l’assuré que sur la base d’un tarif « d’autorité ». Les mutuelles peuvent prendre en charge certains remboursements.

Base de remboursement, quesaco ?

BR est un sigle que l’on voit fréquemment sur les barèmes de remboursement des mutuelles.

La BR (base de remboursement) correspond au tarif de référence fixé par l’assurance maladie pour le remboursement d’un soin

Prenons l’exemple d’une consultation chez le généraliste.

Pour cet acte, l’Assurance Maladie prend en compte une base de remboursement (BR) de 25 €. Autrement dit, 25€ est la « valeur de référence » de l’acte (= 100 %).

Si un médecin applique un tarif de 25 € pour cette consultation, cela signifie qu’il facture sa visite à un tarif équivalent à 100% de la base de remboursement.

Si un médecin applique un tarif de 40 € pour la même consultation (sous-entendu avec la même base de remboursement), alors il facture sa visite à un tarif supérieur à 100 % de la base de remboursement. On parle alors de dépassement d’honoraires.

Il faut bien distinguer la base de remboursement (BR) et le tarif appliqué par le praticien.

De ce fait, lorsque l’assurance maladie applique un taux de remboursement de sécurité sociale 70 % BR cela signifie qu’elle vous rembourse 70% d’un montant de référence.

La « part régime obligatoire » correspond au montant remboursé par la Sécurité Sociale en fonction de la base de remboursement.
Reprenons notre exemple : la participation de l’assurance maladie sur une visite chez le généraliste dont la BR est 25 € est de 70%, soit 17,50€.

Lorsqu’on est sur une garantie de 250 % par exemple vous serez remboursé totalement jusqu’à hauteur de 43,75 €.
à 350 %, vous êtes remboursé jusqu’à hauteur de 61,25 € ce qui est déjà beaucoup pour un généraliste !

Pareil pour les remboursements d’auxiliaires médicaux ou analyses médicales.

Winch-EasExpert-RH AppTéléchargez le guide de pratique RH

Une information RH accessible à tout moment. La promesse du guide de pratique RH est simple : offrir des outils de pilotage RH, des informations et des modes opératoires utiles pour une gestion agile de ses ressources humaines. Informer des évolutions jurisprudentielles, rendre plus accessible des règlementations qui sont complexes pour le Dirigeant de PME dont l’objectif est de développer son business, mettre à disposition des outils de pilotage et des points de vigilance.