compte professionnel de prevention

Tout savoir sur le compte professionnel prévention (C2P)

Date de mise à jour : 12/05/2024

Compte professionnel prévention (C2P), pour tout comprendre

Salariés bénéficiaires du C2P ?

  • tous les salariés de droit privé
  • le personnel des personnes publiques employé dans les conditions de droit privé, sous réserve que leur contrat (CDI, CDD, intérim, etc.) ait duré au moins un mois au cours de l’année civile.

Sont exclus du dispositif de C2P

  • Les particuliers employeurs
  • les salariés affiliés à un régime spécial de retraite comportant un dispositif de compensation de la pénibilité (RATP, par exemple)
  • les salariés détachés en France.

Les facteurs de risques professionnels pour bénéficier du C2P

Le salarié doit être exposé à un ou plusieurs « facteurs de risques professionnels ».

6 facteurs de risques professionnels à prendre en compte dans la gestion du C2P sont :

– le travail de nuit (articles L. 3122-1)

– le travail répétitif caractérisé par la réalisation de travaux impliquant l’exécution de mouvements répétés, sollicitant tout ou partie du membre supérieur, à une fréquence élevée et sous cadence contrainte

– le travail en équipes successives alternantes

– les activités exercées en milieu hyperbare (article R. 4461-1)

– les températures extrêmes

– le bruit (article R. 4431-1.)

Chaque risque doit être associé à des actions ou situations et des seuils annuels d’exposition, portant à la fois sur une intensité et une durée minimales (C. trav., art. D. 4163-2).

Seuls les salariés qui sont exposés à un ou plusieurs de ces facteurs de risques, au-delà des seuils prévus, peuvent bénéficier d’un C2P.

L’ordonnance Macron précitée a exclu du champ d’application du C2P les facteurs de risques professionnels :

  • les manutentions manuelles de charges,
  • les postures pénibles définies comme positions forcées des articulations,
  • les vibrations mécaniques
  • les agents chimiques, y compris les poussières et les fumées.

Le compte professionnel de prévention (C2P), c’est quoi ?

Institué par une loi en 2014, le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) avait pour objectif de permettre aux salariés exposés à des facteurs de risques professionnels

  • de se former,
  • de travailler à temps partiel
  • d’anticiper son départ à la retraite.

Il a été transformé en compte professionnel de prévention (C2P) par l’ordonnance Macron à effet au 1er octobre 2017.

Financement et gestion du compte pénibilité

Cotisation patronale due :

    • – sur la totalité de la masse salariale pour tous les employeurs de 0,01 %
      – sur la masse salariale des salariés exposés de 0,02 % depuis 2017

Le compte de pénibilité de l’organisation est géré par la CNAVTS, CARSAT, CNAV qui peuvent procéder à des contrôles sur pièces sur 5 exercices civiles qui précèdent le contrôle.

En cas de redressement, la caisse régularise le nombre de points et la cotisation qui en découle et applique une pénalité financière (jusqu’à 50 % du plafond mensuel SS par salarié concerné).

 

Quels sont les facteurs de risques pour bénéficier du C2P ?

Le salarié doit être exposé à un ou plusieurs « facteurs de risques professionnels ».

6 facteurs de risques professionnels et sont associés à seuils minimaux :

Au titre de l’environnement physique agressif :
FACTEUR DE RISQUES PROFESSIONNELS SEUIL
Action ou situation Intensité minimale Durée minimale
a) Activités exercées en milieu hyperbare définies à l’article R. 4461-1 Interventions ou travaux 1 200 hectopascals 60 interventions ou travaux par an
b) Températures extrêmes Température inférieure ou égale à 5 degrés Celsius ou au moins égale à 30 degrés Celsius 900 heures par an
c) Bruit mentionné à l’article R. 4431-1 Niveau d’exposition au bruit rapporté à une période de référence de huit heures d’au moins 81 décibels (A) 600 heures par an
Exposition à un niveau de pression acoustique de crête au moins égal à 135 décibels (C) 120 fois par an

Au titre de certains rythmes de travail :

FACTEURS DE RISQUES PROFESSIONNELS SEUIL
Action ou situation Intensité minimale Durée minimale
a) Travail de nuit dans les conditions fixées aux articles L. 3122-2 à L. 3122-5 Une heure de travail entre 24 heures et 5 heures 120 nuits par an
b) Travail en équipes successives alternantes Travail en équipes successives alternantes impliquant au minimum une heure de travail entre 24 heures et 5 heures 50 nuits par an
c) Travail répétitif caractérisé par la réalisation de travaux impliquant l’exécution de mouvements répétés, sollicitant tout ou partie du membre supérieur, à une fréquence élevée et sous cadence contrainte Temps de cycle inférieur ou égal à 30 secondes : 15 actions techniques ou plus 900 heures par an
Temps de cycle supérieur à 30 secondes, temps de cycle variable ou absence de temps de cycle : 30 actions techniques ou plus par minute

Acquisition et utilisation des points par le salarié

En fonction de son exposition, le salarié acquiert un certain nombre de points au titre du C2P, des points qu’il peut utiliser à différentes fins.

Le salarié exposé aux facteurs de risques professionnels verra son compte crédité de :

  • quatre points par année civile en cas d’exposition à un seul facteur de risques professionnels ;
  • huit points par année civile en cas d’exposition à plusieurs facteurs de risques professionnels.

Le nombre total de points pouvant être inscrits sur le C2P est plafonné à 100 points sur toute la carrière professionnelle du salarié.

Trois types d’utilisation possibles

Le salarié peut utiliser les points inscrits sur son compte pénibilité pour une ou plusieurs des trois utilisations possibles :

  • financer tout ou partie des frais d’une action de formation professionnelle permettant d’accéder à un emploi non exposé ou moins exposé aux facteurs de risques professionnels, dans le cadre d’un abondement du CPF. Un point donne droit à 25 heures de formation.
  • réduire le temps de travail et financer un complément de rémunération. Dix points peuvent financer un complément de rémunération permettant de compenser l’équivalent d’une réduction de 50 % du temps de travail pendant trois mois.
  • financer une majoration de durée d’assurance vieillesse et un départ à la retraite avant l’âge légal de droit commun (62 ans pour les assurés nés à partir du 1er janvier 1955). Dix points ouvrent droit à un trimestre de majoration de durée d’assurance vieillesse.

Les points doivent être consommés point par point pour financer une formation et par tranche de dix points pour la réduction du temps de travail et le départ anticipé à la retraite.

Le salarié accède sur le site www.compteprofessionnelprevention.fr à un relevé de points lui permettant de connaître le nombre de points disponibles pour les utilisations souhaitées et d’en éditer un justificatif.

Comment s’évaluent l’exposition des salariés à la pénibilité ?

L’entreprise doit évaluer l’exposition de chaque salarié au regard des conditions habituelles de travail du poste occupé et établir une moyenne annuelle d’exposition.

Dans le document unique d’évaluation des risques (DUER), l’entreprise doit consigner en annexe du document unique

– les données collectives utiles à l’évaluation des expositions individuelles aux facteurs de risques professionnels

– l’identification des risques pour chaque postes ou métiers ou situations de travail

– la proportion de salariés exposés aux facteurs de risques professionnels au-delà des seuils prévus.

Ainsi, dans le DUER, l’entreprise peut rattacher à chaque type de situation d’exposition les salariés concernés. Il peut profiter de la mise à jour annuelle du document unique pour actualiser l’évaluation des expositions (C. trav., art. R. 4121-2).

Les seuils associés aux facteurs de risques professionnels mentionnés au I de l’article L. 4163-1 sont ainsi fixés :

Au titre de l’environnement physique agressif :

FACTEUR DE RISQUES PROFESSIONNELS Seuil
Action ou situation Intensité minimale Durée minimale
a) Activités exercées en milieu hyperbare définies à l'article R. 4461-1 Interventions ou travaux 1 200 hectopascals 60 interventions ou travaux par an
b) Températures extrêmes Température inférieure ou égale à 5 degrés Celsius ou au moins égale à 30 degrés Celsius 900 heures par an
c) Bruit mentionné à l'article R. 4431-1 Niveau d'exposition au bruit rapporté à une période de référence de huit heures d'au moins 81 décibels (A) 600 heures par an
Exposition à un niveau de pression acoustique de crête au moins égal à 135 décibels (C) 120 fois par an

Au titre de certains rythmes de travail :

FACTEURS DE RISQUES PROFESSIONNELS Seuil
Action ou situation Intensité minimale Durée minimale
a) Travail de nuit dans les conditions fixées aux articles L. 3122-2. à L. 3122-5. 4461-1 Une heure de travail entre 24 heures et 5 heures 120 nuits par an
b) Travail en équipes successives alternantes Travail en équipes successives alternantes impliquant au minimum un heure de travail entre 24 heures et 5 heures 50 nuits par an
c) Travail répétitif caractérisé par la réalisation de travaux impliquant l'exécution de mouvements répétés, sollicitant tout ou partie du membre supérieur, à une fréquence élevée et sous cadence contrainte Temps de cycle inférieur ou égal à 30 secondes : 15 actions techniques ou plus 900 heures par an
Temps de cycle supérieur à 30 secondes, temps de cycle variable ou absence de temps de cycle : 30 actions techniques ou plus par minute

Comment faire les déclarations des expositions ?

Dans la DSN et la déclaration intervient au terme de chaque année civile (décembre). En cas de départ du salarié, la déclaration des facteurs de risque se fait sur la DSN du salarié lors de son mois de sortie.

Le médecin du travail peut demander qu’on lui fournisse ces informations dans le cadre de la surveillance médicale individuelle.

Acquisition et utilisation des points par le salarié

En fonction de son exposition, le salarié acquiert un certain nombre de points au titre du C2P, des points qu’il peut utiliser à différentes fins.

Le salarié exposé aux facteurs de risques professionnels verra son compte crédité de :

  • quatre points par année civile en cas d’exposition à un seul facteur de risques professionnels ;
  • huit points par année civile en cas d’exposition à plusieurs facteurs de risques professionnels.

Les salariés concernés doivent être titulaires d’un contrat de travail dont la durée est égale ou supérieure à l’année pour bénéficier de l’ensemble de ces points (C. trav., art. R. 4163-9, I nouveau).

Le barème de points est doublé pour les salariés nés avant le 1er juillet 1956.

Le nombre total de points pouvant être inscrits sur le  compte pénibilité est plafonné à 100 points sur toute la carrière professionnelle du salarié (C. trav., art. R. 4163-9, III nouveau).

Trois types d’utilisation possibles

Le salarié peut utiliser les points inscrits sur son compte pénibilité pour une ou plusieurs des trois utilisations possibles :

  • financer tout ou partie des frais d’une action de formation professionnelle permettant d’accéder à un emploi non exposé ou moins exposé aux facteurs de risques professionnels, dans le cadre d’un abondement du CPF. Un point donne droit à 25 heures de formation.
  • réduire le temps de travail et financer un complément de rémunération. Dix points peuvent financer un complément de rémunération permettant de compenser l’équivalent d’une réduction de 50 % du temps de travail pendant trois mois.
  • financer une majoration de durée d’assurance vieillesse et un départ à la retraite avant l’âge légal de droit commun (62 ans pour les assurés nés à partir du 1er janvier 1955). Dix points ouvrent droit à un trimestre de majoration de durée d’assurance vieillesse.

Les points doivent être consommés point par point pour financer une formation et par tranche de dix points pour la réduction du temps de travail et le départ anticipé à la retraite.

Le salarié accède sur le site www.compteprofessionnelprevention.fr à un relevé de points lui permettant de connaître le nombre de points disponibles pour les utilisations souhaitées et d’en éditer un justificatif.

L’utilisation compte professionnel de prévention pour une formation

Les 20 premiers points inscrits sur le compte professionnel de prévention sont réservés au financement d’une action de formation.

Pour les salariés nés avant le 1er janvier 1960, la réserve de 20 points pour la formation professionnelle n’est pas applicable. Pour les salariés nés entre le 1er janvier 1960 et le 31 décembre 1962 inclus, seuls les dix premiers points inscrits sur le compte sont réservés à la formation professionnelle.

Les points mobilisés par le salarié pour une formation sont convertis en heures de formation et constituent un abondement de son CPF. Les démarches à accomplir sont donc celles prévues pour le CPF.

Le salarié doit joindre à sa demande de formation un document précisant :

– le nombre d’heures qu’il souhaite consacrer à sa formation au titre des heures acquises sur son C2P ;

– le poste qu’il occupe et la nature de la formation demandée afin d’en apprécier l’éligibilité, c’est-à-dire afin de vérifier qu’elle vise à accéder à un emploi non exposé ou moins exposé à des facteurs de risques professionnels.

La formation est réputée remplir cette condition :

– soit elle correspond à l’une des formations éligibles au CPF facilitant l’évolution professionnelle des salariés exposés à des facteurs de risques professionnels ;

– soit la demande est reconnue éligible par l’organisme ou l’employeur assumant les frais de formation

Après avoir validé la demande de formation, l’entreprise fournit une attestation au salarié, qui peut alors formuler sa demande d’utilisation des points.

L’organisme de formation ou l’entreprise qui finance l’action de formation fournit à la Carsat une attestation (indique que la formation a été effectivement suivie et a fait l’objet d’un règlement). La Carsat déclenche alors le remboursement du montant correspondant au nombre d’heures de formation effectivement suivies par le salarié.

montant horaire remboursé : frais réel de la formation plafonné à 12 €/heure.

En cas de dépassement du plafond, une valorisation monétaire supplémentaire des heures de formation, limitée au plafond, peut être accordée sur demande du salarié :

– soit par la prise en compte d’heures abondées sur le CPF non utilisées pour cette formation ;

– soit par la mobilisation d’un nombre de points supplémentaires du C2P

L’utilisation du compte professionnel de prévention pour une réduction du temps de travail

Le salarié qui souhaite bénéficier d’une réduction du temps de travail doit adresser une demande avec un justificatif de points à son entreprise par lettre recommandée avec avis de réception (au moins 6 mois à l’avance). Le salarié doit préciser la réduction du temps de travail souhaitée, sans que le temps travaillé ne puisse être inférieur à 20 % ni supérieur à 80 % de la durée du travail applicable dans l’entreprise.

L’accord de l’entreprise donne lieu à un avenant au contrat de travail. Le salarié établit sa demande d’utilisation des points soit en ligne sur le site dédié (www.compteprofessionnelprevention.fr), soit auprès de sa Carsat. 

L’employeur ne peut opposer un refus au salarié que s’il le motive et démontre que la réduction du temps de travail est impossible du fait de l’activité économique de l’entreprise.

Le nombre de jours qui est pris en charge au titre du complément de rémunération est déterminé selon la formule suivante : (nombre de points utilisés/10) × (45/coefficient de réduction de la durée du travail).

Le coefficient de réduction de la durée du travail =

durée du travail sollicitée / durée antérieure de travail (arrondi à deux décimales).

Exemple :

un salarié est à 35 heures et souhaite utiliser son compte pour passer à mi-temps hebdomadaires. Il entend dépenser dix points de son compte.

Le coefficient de réduction est donc de 0,5 (17,5 heures/35 heures). Le nombre de jours pris en charge sera donc de (10 points/10) × (45/0,5) = 90.

Ainsi, le salarié à temps plein qui souhaite passer à mi-temps peut, avec dix points de son C2P, obtenir un complément de rémunération pendant 90 jours.

Le montant du complément de rémunération que perçoit le salarié durant sa période de réduction du temps de travail est calculé de la façon suivante : (coefficient de réduction de la durée du travail) × (rémunération qu’aurait perçue le salarié en l’absence de réduction du temps de travail)

L’entreprise verse le complément de rémunération au salarié et se fait ensuite rembourser par la Carsat. Attention la procédure est très normée et les délais doivent être respectés.

Utilisation compte professionnel de prévention pour un départ anticipé à la retraite

Le salarié peut utiliser son C2P pour acquérir des trimestres de majoration de durée d’assurance (10 points = un trimestre) mais seulement à partir de 55 ans.

Le nombre maximal de trimestres de majoration de durée d’assurance vieillesse que le salarié peut valider en utilisant son compte professionnel de prévention est fixé à huit.

La majoration de durée d’assurance est retenue :

– pour le calcul de la durée d’assurance prise en compte pour calculer le taux de la pension ;

– pour ouvrir droit au minimum contributif ;

– pour ouvrir droit à la retraite anticipée pour handicap ;

– pour ouvrir droit à la retraite progressive ;

– pour ouvrir droit à la retraite anticipée pour carrière longue.

Les trimestres acquis par le biais du C2P sont réputés cotisés mais seulement pour le droit à la retraite anticipée pour carrière longue.

Les trimestres de majoration permettent aussi de réduire l’âge légal d’obtention de la retraite, de 62 ans à 60 ans pour les salariés nés à partir de 1955.

Si le salarié ne justifie pas de la durée d’assurance requise pour bénéficier d’une pension à taux plein (50 %), un coefficient d’anticipation (décote) s’applique.

Demande d’utilisation des points du compte professionnel de prévention

Le salarié titulaire du compte professionnel de prévention remplit un formulaire en ligne sur le site www.compteprofessionnelprevention.fr. La demande ne peut être faite qu’à compter de l’inscription effective des points sur son compte.

Le salarié peut aussi s’adresser à la Carsat (rattaché à son domicile) qui doit répondre dans les 4 mois à la demande d’utilisation de son compte professionnel de prévention (une non réponse vaut rejet de la demande).

Une fois la demande d’utilisation de son compte professionnel de prévention effectuée, les points correspondant à l’utilisation voulue sont réservés et ne peuvent être affectés à une autre utilisation jusqu’à la décision de la Carsat.

L’acceptation de la demande par celle-ci permet l’utilisation de ces points et le règlement des sommes afférentes à chaque utilisation permet de solder le compte de ces points.

 

 

Winch-EasExpert-RH AppTéléchargez le guide de pratique RH

Une information RH accessible à tout moment.

La promesse du guide de pratique RH est simple : offrir des outils de pilotage RH, des informations et des modes opératoires utiles pour une gestion agile de ses ressources humaines. Informer des évolutions jurisprudentielles, rendre plus accessible des règlementations qui sont complexes pour le Dirigeant PME.

La digitalisation rh au cœur du développement des organisations. EasExpert RH est un outil de veille rh efficace.